7 rue des Saules 78870 BAILLY France
+33 951 491 491
contact@edition.fr

Stéphane GAULTIER

200805-SG_1Spécialiste des nouvelles technologies et du Digital, il participe depuis plus de 25 ans à l’évolution des médias. Il est spécialisé dans l’association de l’audiovisuel et du Digital online et offline, et plus généralement dans l’hybridation entre médias traditionnels et médias numériques.

Avec Virdual, il a démontré que les technologies du jeu vidéo pouvaient permettre de produire des émissions de télévision interactives immersives. Le concept de base : en filmant ce qui se passe dans un univers virtuel Internet, il est possible de réaliser une émission de télévision à laquelle le téléspectateur peut participer depuis son canapé. À titre d’exemple, Virdual a développé pour la RTS (Radiotélévision Suisse) le jeu TV Les Imbattables. Un plateau, une animatrice et deux familles s’affrontent dans un jeu ludo-éducatif. Tourné en Blue Box, le décor et le public sont générés par la technologie de Virdual. Chaque membre du public est l’avatar d’un enfant qui s’est créé un compte sur le site de l’émission. Chaque téléspectateur, au moment de la diffusion, peut venir via son ordinateur ou sa tablette s’installer dans le studio et jouer avec les candidats de l’émission. 40 émissions ont été produites en deux saisons en 2012/2013.

Cette passion pour la Télévision et les nouveaux supports est née dans le nord de la France en 1985, alors qu’il faisait ses études d’ingénieur à Centrale Lille. En même temps se lançaient Région Câble pour équiper tous les foyers de l’agglomération lilloise de réception TV par câble et le Minitel. Enfant du Digital bien avant que le terme Digital Native n’existe, Stéphane GAULTIER participe avec d’autres étudiants à la création du premier service télématique du Nord RUSH avant d’en prendre la direction jusqu’en 1987. Service d’Infos-Jeu-Divertissement leader sur la région Nord-Pas de Calais, Rush a fourni également les pages d’informations locales diffusées sur le canal de service Région Câble. La première chaîne de télévision du Nord-Pas de Calais produite avec des contenus provenant d’un univers grand public.

De retour sur Paris en 1987, il accompagne France 2 (alors Antenne 2) pour refondre son service télématique et créer de nouveaux services thématiques liés aux émissions de la chaîne. Le Minitel était la 3ème dimension de l’écran, celle de l’approfondissement, de la complémentarité. Il crée pour Bernard Pivot un service pour son émission Apostrophe. Ce service sera leader sur la littérature pendant toute son existence. Le concept : positionner le service sur la sélection des livres de M. Pivot et intégrer un panneau annonçant le service juste après que Bernard Pivot ait présenté une dizaine de livres « à lire absolument » dixit l’animateur et ses invités.

Il développe CanalVision, système de télévision pour entreprise basé sur l’AMIGA de Commodore. S’appuyant sur une machine grand public, cette solution professionnelle était performante, économique et surtout facilement exploitable par du personnel non technicien. Cette solution équipera les couloirs de Pechiney, Spie Batignolles et même du Sénat pour la diffusion des informations internes sur une chaîne de télévision mariant infographie, photos et vidéo.

En 1994, il poursuit son exploration de la combinaison entre TV et autres supports, notamment interactifs, en rejoignant l’équipe fondatrice de La Cinquième, devenue depuis France 5. Il a en charge le développement des produits et services liés aux émissions permettant au téléspectateur d’accéder au Savoir. Malgré des chiffres d’audience très faibles, la filiale développement enregistrait des ventes significatives, prouvant qu’au-delà du volume, la chaîne avait une audience de qualité. Par exemple, chaque mois, plusieurs milliers de méthodes de langue en vidéo étaient vendues dans le prolongement du programme de langue diffusé sur la chaîne. À l’apparition d’Internet en France en 1995, Stephane GAULTIER développe en partenariat avec Infonie, pionnier de la fourniture d’accès à Internet, une offre spécifique pour la chaîne, W5. Les téléspectateurs et notamment le monde Éducatif pouvait accéder via le Web aux compléments des émissions, voire grâce à la Banque de Programmes et de Services aux émissions elles-mêmes.

Poursuivant sa réflexion sur le mariage des médias dans le monde éducatif, il conçoit et développe en 1999 le i-m@nuel et le i-cart@ble. Le premier est un manuel scolaire allégé, complété par un service Internet permettant à l’enseignant de sélectionner des ressources d’illustration du cours. Ainsi, au lieu d’avoir recours à la photocopie qui alourdit encore le cartable de l’enfant, l’enseignant peut déposer les ressources et les devoirs dans l’environnement de travail de ses élèves, le i-cart@ble. La société a été lauréate 2000 du concours national de création d’entreprises de technologies innovantes du Ministère de la Recherche puis est vendue en 2003 au Groupe Médiaparticipations.

À force de parler Éducation, il repart sur les bancs de l’école pour effectuer l’Executive MBA de HEC en 2005. Au sortir, il fonde Virdual avec un de ses partenaires d’équipe à HEC. La société sera lauréate du concours national de création d’entreprises de technologies innovantes du Ministère de la Recherche en 2007.

Il a écrit avec Laurent FONNET le Livre Blanc “Quel avenir immédiat pour la Télévision face ou avec Internet?”